La pro de la mode Britta Kröger parle de son style personnel, de ses superbes chaussures et de ses essentiels de garde-robe

Fashion pro Britta Kröger on personal style, great footwear and her wardrobe essentials

Dans la mode, Britta Kröger a tout vu et tout fait. La beauté sculpturale, née dans un petit village d'Allemagne, a modelé à Paris pour des créateurs comme Jean Paul Gaultier et a fondé une ligne de vêtements haut de gamme avant de devenir acheteuse de mode pour la chaîne de grands magasins canadienne La Maison Simons pour de nombreuses années.

Véritable créateur de style et collectionneur passionné de belles chaussures, Kröger était le candidat idéal pour tester sur route la pompe Alternative Energy de Kiki Price . Son imprimé coloré à l'huile et son design brodé distinctif s'intègrent parfaitement à son approche confiante de la mode et à son esthétique personnelle accrocheuse.

Avant, Kröger habille nos talons signature avec des pièces préférées de sa propre garde-robe, et partage des histoires et des conseils sur sa carrière dans la mode.

Que portez-vous avec vos nouvelles chaussures Kiki Price ?

« J'adore ces escarpins car ils vont avec n'importe quoi de ma garde-robe. Je pourrais les porter avec un bermuda, une belle robe ou une salopette kaki. Ici, je les ai coiffés de mon pantalon de smoking large Dries Van Noten et d'un chemisier amusant et coloré de MSGM.

À votre avis, qu'est-ce qui fait une bonne chaussure ?

"J'ai environ 200 paires de chaussures dans mon placard, et il y a beaucoup de chaussures que je ne peux plus porter. Je les regarde juste, comme dans un musée. Les chaussures sont une histoire d'amour pour moi, c'est sûr. Quand je vivais à Paris, le matin je choisissais d'abord mes chaussures et ensuite je choisissais ma tenue du jour. Pour d'autres, la chaussure finit, pour moi, ma garde-robe commence par la chaussure. J'ai hâte d'y revenir.

"En vieillissant, mes pieds ont changé. Et je ne peux plus porter les mêmes chaussures ; certains talons sont trop inconfortables. Avec Kiki Price, j'ai vu que les différents modèles sont amusants, ce qui est bien car les escarpins peuvent être tellement ennuyeux et vraiment moches. Avec ceux-ci, tout est parfait, car cela crée un pied long et mince et le talon est tout simplement parfait. Et le confort est important, car vous ne voulez pas porter de chaussures que vous voulez jeter au mur après une heure.

Avez-vous toujours apprécié la mode en grandissant ?

« Pas du tout. Je ne sais pas d'où vient mon intérêt pour la mode, mais c'était définitivement une vocation. J'ai grandi dans une toute petite ville de 27 000 habitants, un vrai village. Et ma mère était une très belle femme, qui serait toujours comparée à Grace Kelly quand elle était jeune. Elle était très classique et élégante, mais elle aimait aussi les petites choses.

" De plus, j'ai toujours aimé les magazines de mode. Et parce que nous n'avions pas autant de magasins avec des vêtements funky, j'ai juste acheté du tissu et cousu des vêtements pour moi-même. C'était l'époque Fiorucci, alors j'allais chercher du tissu avec d'énormes motifs pied-de-poule turquoise et gris et j'en faisais des pantalons larges. »

Comment décririez-vous votre style ?

"Je n'ai pas de style très précis, c'est en fait assez éclectique. Je dis toujours que je suis une fashion victim, et je suis très fière de l'être. Certaines femmes s'en tiennent à un style très précis. Moi, je suis émerveillé par tout ce qui est nouveau, et j'aime beaucoup les choses vraiment à la mode. J'aime la mode amusante, colorée et excentrique, mais il doit aussi y avoir de l'élégance.

« Je ne suis pas timide. L'une de mes icônes de la mode est définitivement Iris Apfel, et elle est totalement exagérée mais c'est génial. Je suis la personne qui dit à mes amies de toujours emporter une robe de soirée pour voyager, car on ne sait jamais ! Ma philosophie avec la mode est d'aller de l'avant et de ne pas vous soucier de ce que les autres pourraient penser.

"J'ai travaillé dans la mode pendant 35 ans, j'aime donc faire une petite déclaration lorsque je m'habille. Pas pour me démarquer, mais quand je porte quelque chose, je célèbre la mode. Pour moi, la mode est un art, alors j'aime la célébrer et la porter. Lorsque vous travaillez dans la mode, vous ne devriez pas avoir peur d'avoir l'air ridicule ou d'aller trop loin. »

Y a-t-il des designers qui vous intéressent beaucoup ?

"Le seul créateur que j'ai toujours aimé au fil des ans, car je pense qu'il crée pour les femmes de grande taille puisqu'il vient de Belgique, est Dries Van Noten. J'aime aussi beaucoup Lemaire. En fait, j'ai vu sa carrière évoluer lorsqu'il a commencé à Paris. Et puis il a travaillé pour Hermès, où il a vraiment reçu une éducation de qualité. Depuis lors, sa propre marque est devenue beaucoup plus forte.

« J'aime bien Marimekko aussi, parce que c'est très cool. C'est estival et les imprimés sont incroyables et colorés. Vous pouvez porter leurs créations avec des sandales ou des bottes à talons ou des chaussures de course. Il est rare de trouver des marques où vous pouvez faire cela et avoir toujours une tenue spéciale, car leurs imprimés sont tellement incroyables.

Vous avez occupé tant de postes dans l'industrie de la mode, en tant que mannequin, designer et acheteur, comment ces expériences ont-elles influencé votre approche de la mode ?

"J'ai toujours eu une approche commerciale, en pensant à la mode comme quelque chose qui devrait être portable et aussi abordable. En tant que mannequin à Paris, j'ai travaillé pour Jean Paul Gaultier, par exemple, pendant plusieurs saisons. Et même à l'époque, je montrais toujours à des clients comme Joyce Ma, qui a fondé Joyce à Hong Kong, différentes façons de mélanger le prêt-à-porter et de s'amuser avec les vêtements.

« Et lorsque j'ai rencontré mon futur mari, dont la famille était l'un des plus gros grossistes en tissus de Paris, il m'a un peu poussé à ouvrir ma propre ligne et des modèles de marque privée. Il a dit : « Écoutez, vous avez beaucoup de goût, un bon sens des affaires et un bon œil. Pourquoi ne pas y aller ? » Et c'est ce que j'ai fait, et mon travail a été repris par des magasins comme Harrods, Bloomingdales, Henri Bendel et même Joyce. »

Y a-t-il un conseil de style que vous avez reçu qui vous a toujours marqué ?

"La seule chose que vous devez avoir dans votre garde-robe est un excellent trench-coat. J'en ai au moins six. Burberry, 3.1 Phillip Lim, un ancien de Valentino et un Jean Paul Gaultier à manches amovibles. J'en ai un magnifique de Cédric Charlier que je n'ai pas encore gagné car je l'ai acheté en 2019 ; il ressemble un peu au trench-coat de Sherlock Holmes, avec une énorme cape dessus.

"Personnellement, je suis assez grande, donc j'aime les pantalons larges et les imprimés géniaux. Mais si je porte des bas avec un gros imprimé dessus, par exemple, je pourrais équilibrer le look avec un pull noir, pour le tonifier un peu. »


Article précédent